Orthographe

« é » ou « ée », comment savoir s’il y a un « e » à un nom féminin terminant par le son -é ?

« é » ou « ée » ? Voici un moyen mnémotechnique pour ne plus vous poser la question plus d’une seconde.

L’outil est simple :

Les mots féminins en –é désignant une chose qui ne peut pas être touchée, hors notions de temps et de périodes cycliques, ne prennent pas de « e ».

Par exemple : la bonté, la volupté, la beauté, la maternité, la clarté, la pitié, la volonté, la liberté, une annuité, une amitié

On met un « e » lorsque l’objet désigné pourrait être touché (dont les contenus) ainsi que pour des notions de temps ou de périodes cycliques.

Exemples :

Objets que l’on pourrait toucher – dont les contenus : une orchidée, une poignée, une purée, une pâtée, la fumée, une araignée, une dragée – une cuillerée, une pelletée, une assiettée, une gorgée, une pincée

Notions de temps : une journée, une matinée, une soirée, une nuitée, une année, une durée

Notions de périodes cycliques : la marée, la rentrée, la tétée, une assemblée

A noter que cette règle concerne les noms communs féminins uniquement, pas les adjectifs et encore moins les prénoms.

C’est un moyen mnémotechnique, qui aide dans beaucoup de cas mais n’est pas infaillible.

Par exemple, la pensée prend un -e. Cela fonctionne si l’on pense à la fleur, que l’on peut toucher, mais pas dans le sens d’idée – idée que l’on ne peut toucher non plus d’ailleurs…

« clé » ne prend pas de e alors qu’on pourrait la toucher.

De même pour « saleté » qui pourrait être touchée. Enfin, à bien y réfléchir… ^^

Alors, égalit… et fraternit…, « é » ou « ée » ?

Vous avez identifié un nom féminin qui ne répond pas à cette règle ?
Laissez-le en commentaire ! 🙂

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *